Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil
Accueil

  

  

Le triangle Sacré


La véritable Histoire du

"CHEMIN DES DAMES"

CONTACT

Jacques MICHEL

4, rue des Cordeliers

O2200 SOISSONS

Tel.: 06 15 16 49 59

  

  

  


De la Préhistoire à nos jours

HISTORIQUE

Le Chemin des Dames dans L'Histoire


Petit chemin peu carrossable au XVIIIe siècle  il fut emprunté entre 1776 et 1789 par Adélaïde et Victoire, filles du roi Louis XV.

Ces Dames de France, venant de Paris, se rendaient au Château de La Bove, près de Bouconville-Vauclair dans l'Aisne pour rendre visite à la duchesse de Narbonne-Lara.

Pour faciliter l'accès au château, la duchesse, ancienne maîtresse de Louis XV et ancienne Dame d'honneur d'Adélaïde fit empierrer le chemin qui prit le nom de "Chemin des Dames".


Mais il faut remonter en 57 avant J.C. et suivre César dans la conquête de la Gaule pour se retrouver au pied du Chemin des Dames à Berry au Bac où il installe un camp retranché pour vaincre les tribus gauloises.

Du plateau de Californie on peut encore aujourd’hui apercevoir les restes du superbe oppidum de Bibrax prés du Village de Saint Thomas.

Avec l'aide de la tribu des Rèmes, César avec ses légions bat les peuples belges coalisés contre lui et s'empare de l'oppidum de Pommiers, près de Soissons.


Grâce aux Légions romaines la région du Soissonnais et du Laonnois deviennent des régions viticoles très prospères et leurs vins s'exportent dans la Gaule entière.

Jusqu'à l’épidémie du phylloxéra au 19è siècle le  Chemin des Dames et sa région seront grands producteurs de vin.


Clovis devient roi des Francs en 481. Il sera baptisé par saint Rémi qui est natif d’un village du Chemin des Dames, Cerny en Laonnois.


En 486, l’armée franque de Clovis écrase celle de Syagrius et pille la région conquise : c’est dans ce contexte que se déroule le fameux épisode du Vase de Soissons. Clovis hérite ainsi de la légitimité romaine et commence l’expansion de son territoire, qui comprend désormais Soissons, Senlis et Beauvais.

En 771 Charlemagne naît à Samoussy prés de Laon.  Au 8è et 9è siècle la ville de Laon devient capitale du royaume Carolingien. Cette ville sera le fleuron des sciences et littératures en Europe.


Le moyen âge s’installe avec son faste de construction.


Les abbayes, les cathédrales, les châteaux poussent un peu partout. Chaque seigneurie veut rivaliser avec son voisin. Les grands seigneurs font édifier des forteresses impressionnantes comme celle de Coucy le château ou la ville de Laon.


Mais ces seigneurs puissants se font la guerre pour le partage du royaume de France.


Les fils de Charlemagne se disputent le trône à Laffaux.


A Laon, les carolingiens trahis sont défaits au profit des capétiens.


Le trône de France quitte l’Aisne pour Paris.


Les guerres du royaume de France vont laisser des traces sur le Chemin des Dames.


Chaque siècle verra ces invasions.


Les Anglais sous Charles VII et le passage de Jeanne D’arc qui s’arrête  à Corbeny en se rendant au sacre du roi à Reims.

 

Au retour le leurs couronnements à la cathédrale de Reims les rois de France faisaient halte à Corbeny pour y recevoir les écrouelles. En touchant les reliques de Saint Marcout ils leur était donné le don de guérir les malades. Aujourd’hui il ne reste plus qu’une simple chapelle où coule une petite source qui a soit disant le pouvoir de soigner les maladies de peau.

 

Au XVIIIè siècle des femmes font enfin parler d’elles. La comtesse de Narbonne-Lara châtelaine de La Bove à Bouconville demande que la route des « crêtes » soit remise en état pour que les dames de France puissent venir en villégiature en son château.

L’affaire fit grand bruit et les influences si actives, que dans les mémoires ce chemin des crêtes devient le fameux Chemin des Dames.

 

A la révolution française, les biens monastiques furent saisis et vendus. Les superbes abbayes et domaines furent transformés en exploitations agricoles ou en carrières de pierres et démantelées.


En 1814 lors de la Campagne de France, l’empereur Napoléon Bonaparte et sa grande armée y remporteront sa dernière victoire.

En ce mois de Mars, par  un temps épouvantable il va affronter les armées  coalisées, commandées  par le général Prussien Blücher.

Cent ans vont s’écouler avant que le bruit des canons ne se fasse à nouveau entendre.


En septembre 1914, après le recul des armées allemandes lors de la bataille de la Marne, celle-ci vont se servir de cette barrière naturelle pour arrêter les troupes françaises.


La grande guerre s’installe pour quatre ans sur le Chemin des Dames.

 

Une guerre sans merci sur des lieux devenus célèbres comme Le Plateau de Californie et les anciennes carrières de La caverne du Dragon, Frutty, Montparnasse, La Chaouya .

En 1917, l’état major français décide de lancer une grande offensive pour percer le front avant que les allemands rapatrient leurs troupes du front de Russie où ils viennent de signer un armistice avec les révolutionnaires bolcheviks.

Les allemands seront mis au courant de cette offensive et ils fortifient le Chemin des Dames.

Le 16 avril 1917 sera un jour inscrit en lettre de sang dans l’histoire de France.

Après l’épisode des mutineries le Chemin des Dames  fera à nouveau parler de lui lors de l’offensive victorieuse de la Malmaison.

En 1918, les troupes allemandes reprennent le Chemin des Dames lors d’une offensive foudroyante qui les conduira jusqu'à Château Thierry.

Au nord de Laon à Crépy en Laonnois, ils font construire des emplacements bétonnés pour y installer trois énormes canons qui tireront sur Paris, les fameuses Grosses Bertha.

En 1917, à Coucy le château, un autre énorme canon de 380 mm avait déjà été installé pour tirer sur la gare de Compiègne.


L’armistice du 11 novembre 1918 trouvera le Chemin des Dames complètement ruiné.

Plus aucun village n’a de mur debout. Plus aucune église ne dresse fièrement son cloché vers le ciel.

Certains habitants au retour le l’exode ne supporteront pas de voir un tel désastre et préféront partir vivre ailleurs.


Tout le monde le sait s’était la DER des DER. Fini la guerre. Les moissons sont à nouveau fauchées sur le Chemin des Dames.  Les récoltes de betteraves sont magnifiques, la vie redevient prospère.


Juin 1940, le canon tonne de nouveau sur les bords de l’Aisne. Les stukas allemands bombardent les villages au Sud du Chemin des Dames.

C’est la bataille de France. Le plateau sera-t-il à nouveau lieu de souffrances et de massacres ?


En quelques jours la Wehrmacht passe la rivière et la crête.

Aizy-Jouy, Vauxaillon, Hurtebise, Laffaux, villages parmi tant d’autres sont détruits.

L’armée française n’a pas arrêté l’envahisseur sur les lieux même où 22 ans plus tôt, il avait mis quatre ans pour lui reprendre..

La valeur de ces soldats pendant les combats n’a pas suffit. La crête légendaire n’a pas résistée.


Après l’armistice de Compiègne de juin 1940, les habitants se feront à leurs nouvelles conditions de vie. L’occupation s’installe pour quatre ans encore.


En septembre 1942 au bout du Chemin des Dames, vers Laffaux de drôles de travaux sont mis en place par l’occupant.

Adolf Hitler a décidé de faire construire son quartier général dans la vallée de Margival.

Pendant 18 mois 22000 ouvriers vont s’affairer pour construire 475 bunkers.

Ce complexe ne verra la venu du chef du Reich qu’une seule journée le 17 juin 1944.


Le 8 Juillet 1962 à Reims, ADENAUER et DE GAULE scellent la réconciliation Franco - allemande ce qui aboutira à la signature du Traité de L'Elysée le 22 Janvier 1963


Aujourd’hui ce Chemin des Dames, si souvent arrosé du sang des hommes, vous invite à le découvrir.

Ces points de vues magnifiques sur les vallées environnantes.

Ces forêts verdoyantes et paisibles où le promeneur peut découvrir les traces laissées par les combats de 14/18.

Ces villages à l’architecture typique de la reconstruction.

Ces nécropoles de toutes nations.


Laissez-vous emporter par son histoire et devenez, vous aussi, un figurant de l’histoire de France.